THE ECSTATIC REPRÉSENTATION DU 16 SEPT. ANNULÉE

Jeremy Nedd & Impilo Mapantsula - Danse
mer. 15 septembre - 20h30
jeu. 16 septembre - 21h

Entre tradition et modernité, rythme et prière, The Ecstatic s’empare de la virtuosité des corps et ouvre un nouvel espace pour accueillir les gestes et questionner la danse, ses fonctions rituelles dans nos sociétés.

Né à Brooklyn et basé à Bâle, le danseur et chorégraphe Jeremy Nedd réunit six danseurs interprètes internationaux de pantsula. Littéralement « le dandinement du canard » en langue zouloue, historiquement, une insoumission à l’apartheid depuis les années 60, artistiquement, un jeu de jambes et des frappes de pied d’une vitesse époustouflante. Pendant les trois mois de résidence à Johannesburg, ils ont confronté cette danse des rues malfamée d’Afrique du Sud au praise break, une louange dansée et chantée jusqu’à la transe dans les églises pentecôtistes des États-Unis. Un collage contemporain de passé et de présent, de colonialisme et de religion réinvente une histoire singulière à vivre comme l’expérience esthétique d’une poésie physique, entre catharsis et extase.

Dans le cadre de La Bâtie-Festival de Genève

Du 3 au 19 septembre 2021

Avec

Conception et chorégraphie Jeremy Nedd & Impilo Mapantsula – Interprètes Kgotsofalang Moshe Mavundla, Tommy Tee Motsapi, Bonakele Mambotjie Masethi, Sicelo Malume ka Xaba, Sello Zilo Midiga, Vusi 2.2 Mdoyi – Technique et lumières Thomas Giger – Scénographie Laura Knüsel – Composition musicale Xzavier Stone & Modulaw – Création sonore Fabrizio Di Salvo – Dramaturgie Anta Helena Recke  – Regards extérieurs Deborah Joyce Holman, Maximilian Hanisch



Mentions obligatoires*

Coproduction Kaserne Basel, Arsenic – Centre d’art scénique contemporain, Theater Tuchlaube ; soutiens Fachausschuss Tanz & Theater BS/BL, SüdKulturFonds, Schweizer Kulturstiftung Pro Helvetia, Migros-Kulturprozent, Ernst Göhner Stiftung, Stanley Thomas Johnson Stiftung, Jacqueline Spengler Stiftung, Schweizerische Interpretenstiftung SIS, Wilhelm und Ida Hertner-Strasser Stiftung. © Philip Frowein